fbpx
cancer du sein triple negatif temoignage

Mon témoignage en tant que patiente atteinte d’un cancer du sein triple négatif

Partager

Table des matières

Mon témoignage sur le cancer du sein triple négatif commence comme beaucoup d’autres : par une visite chez le gynécologue.

Lorsque le cancer est entré dans ma vie, j’avais 43 ans et je n’avais pas été examinée depuis plus de 5 ans. Je ressentais une certaine gêne au niveau des seins, bien que je n’aie pas remarqué de grosseurs ou d’irrégularités. Heureusement, une amie m’a encouragée à aller chez le gynécologue et grâce à cet examen, une grosseur a été détectée, qui s’est avérée être un cancer du sein triple négatif. Ce fut le début d’une longue et difficile bataille pour moi, mais toujours avec l’énergie de la gagner.

J’ai des antécédents familiaux de cancer du sein, ma grand-mère paternelle et une cousine germaine en ayant souffert. Lorsqu’on m’a diagnostiqué une tumeur, j’ai eu peur et je me suis demandé « pourquoi moi ? » Mais je suis rapidement passée de la frustration et de la peur à l’espoir et à la volonté de me battre : j’étais sûre que j’allais gagner cette bataille.

La phase de traitement de mon cancer du sein triple négatif

J’ai d’abord subi une intervention chirurgicale, puis plusieurs séances de chimiothérapie et de radiothérapie. L’opération s’est très bien passée, la convalescence a été rapide et peu douloureuse. Il est important de rester calme et de ne pas faire d’efforts car c’est une zone délicate. Entre l’opération et le traitement, il faut prendre soin de soi, reprendre des forces car ce qui arrive est difficile.

Vous êtes limité parce que vous ne pouvez pas bouger votre bras, vous avez une gêne, mais c’est normal après une opération de ce type.

Deux ans après mon opération, j’ai décidé de subir une réduction mammaire car j’avais des problèmes de dos à cause du volume de mes seins. Avec ma formation médicale, le chirurgien m’a recommandé de faire le test BRCA pour savoir si mon cancer du sein triple négatif était génétique. Malheureusement, il s’est avéré positif, et je suis donc passée d’une réduction mammaire à une double mastectomie.

À ce moment-là, vous êtes en état de choc parce que vous pensez : « comment vais-je avoir l’air sans seins », mais mon chirurgien m’a expliqué que je quitterais la salle d’opération avec les prothèses en place. C’est alors beaucoup plus facile à assimiler, car on ne se voit jamais sans seins.

L’opération a été un succès, mais mon problème est apparu au bout de six mois, lorsque j’ai eu une infection dans le sein qui avait reçu le traitement de radiothérapie. Ils ont dû retirer la prothèse. Je ne vais pas vous tromper, je me suis sentie très mal, parce que je pensais que c’était fini… J’ai dû aller aux urgences et quelques heures plus tard, on m’opérait pour retirer la prothèse.

L’impact psychologique du cancer du sein triple négatif

J’ai passé un mauvais moment, j’ai ressenti de la colère, de la tristesse… mais grâce à tout le personnel médical qui était avec moi, qui me soutenait, j’ai trouvé l’énergie de continuer à me battre.

Le plus dur est arrivé plus tard, lorsque je me suis retrouvée sans sein, ce qui m’a beaucoup affectée. On m’a conseillé d’aller dans un centre spécialisé où je pouvais acheter une prothèse externe. Cela a été une libération car je me suis sentie à nouveau femme et j’ai eu le courage de continuer à affronter tout ce qui devait arriver. J’avais à nouveau des seins.

Peut-on guérir d’un cancer triple négatif ?

Comme il s’agissait d’un type de cancer génétique, on m’a conseillé de me faire enlever les ovaires, ce que j’ai fait. En tant que femme, il n’est pas facile de se faire enlever les seins et les ovaires, nos organes. Ils font partie de notre féminité, c’est grâce à eux que nous nous reproduisons, que nous ressentons, que nous jouissons….

La question : « Vais-je redevenir mère ? » que je me posais parfois… J’avais déjà une réponse : Non. Du moins pas naturellement. « Me sentirai-je femme sans mes organes reproducteurs sexuels ? » était une autre question que je me posais, mais l’ablation de mes ovaires et de mes seins était la solution pour ne pas rechuter dans la maladie, pour ne pas avoir de nouveau un cancer. Je n’y ai donc pas réfléchi : je voulais continuer à vivre.

Réflexions sur ce que nous avons vécu

Je suis heureuse de la démarche que j’ai entreprise, car je me sens en bonne santé et heureuse avec moi-même et ma famille. La famille est le pilier le plus important de ma vie.

Comme il s’agit d’une maladie héréditaire, mes enfants devront être suivis, ainsi que mon frère et ma nièce, car ils sont plus susceptibles de souffrir d’un cancer.

Au cours de ce parcours, j’ai parfois eu besoin d’une aide psychologique. Je la recommande à tout le monde car elle vous aide à accepter votre nouvelle vie. Tout cela vous fait changer, et il n’est pas toujours facile d’assimiler tout ce qui se passe dans cette grande bataille.

Pour se sentir belle et heureuse, le soutien de sa famille et de son entourage est très important. Mon mari me soutient en tout. Il n’a jamais eu de problème à voir mes cicatrices, il est même venu faire mes pansements. Il m’a toujours soutenue, tout comme le reste de ma famille et mes amis.

En tant que patiente atteinte d’un cancer du sein triple négatif, je souhaite, par mon témoignage, encourager toutes les femmes qui souffrent d’un cancer du sein, d’un cancer de l’ovaire ou de tout autre type de tumeur. Si vous avez besoin d’aide, demandez-la. Parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont là pour nous guérir, pour prendre soin de nous et pour s’assurer que nous ne cessons jamais d’être des femmes, ce qui rend ce long chemin plus facile pour nous.

Partager

Laissez un commentaire

Une réponse

  1. Bravo, madame
    Et bain j ai récemment découvert un cancer du sein triple négatif moi aussi , je suis en phase de traitement .
    C’est vrai c est pas facile mais ça voir un soutien de notre entourage sa compte BC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez également être intéressé...

TNM
Diagnostic

Qu’est-ce que le TNM ou la stadification des tumeurs ?

Le terme TNM joue un rôle clé dans la stadification du cancer. Cette classification évalue l’étendue de la tumeur primaire …

cancer her2 positif traitement
Essais cliniques

Le traitement du cancer du sein HER2-positif au stade précoce progresse grâce à l’étude clinique PHERGain

La bonne nouvelle proviennent des docteurs Javier Cortés et Antonio Llombart, deux de nos fondateurs, qui ont partagé à l’ASCO …

Ganglions lymphatiques et cancer
Prevention

Ganglions lymphatiques et cancer. Pourquoi sont-ils si importants ?

Lorsque les patients viennent pour la première fois en consultation d’oncologie médicale, les médecins leur parlent souvent des ganglions lymphatiques, …

Comment savoir qu'on a un cancer
Prevention

Qu’est-ce que le cancer ?

Définition du cancer Le cancer est une maladie génétique causée par la croissance anormale et incontrôlée de cellules, qui peut …

Accédez a dès traitements innovants grâce à notre moteur de recherche d’essais cliniques