Melanome

Le Mélanome: un cancer de la peau visible et traitable

Partager

Table des matières

Qu’est-ce que le mélanome ?

Le mélanome est une tumeur maligne de la peau, potentiellement agressive, qui se développe à partir des mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation cutanée. Bien que représentant moins de 5 % des cancers de la peau, il est responsable de la majorité des décès liés à cette maladie (80%), en particulier chez les jeunes adultes de 30 à 50 ans. Le mélanome se manifeste le plus souvent sur la peau, mais peut aussi affecter les muqueuses, les yeux et d’autres organes.

Quels sont les facteurs de risque du mélanome ?

L’exposition solaire, notamment les coups de soleil sévères, constitue le principal facteur de risque. Une peau claire, des cheveux roux, des taches de rousseur, ainsi que la vie dans des zones ensoleillées augmentent également le risque. Les personnes ayant de nombreux grains de beauté, des antécédents familiaux de mélanome ou un système immunitaire affaibli sont également plus vulnérables.

La plupart des mélanomes se développent sur une peau saine, mais dans certains cas, ils peuvent apparaître sur des nævus mélanocytaires, plus connus sous le nom de « grains de beauté ». Les personnes ayant des nævus congénitaux (présents dès la naissance), atypiques ou nombreux présentent un risque accru de développer un mélanome.

Comment le mélanome est-il diagnostiqué ?

Le mélanome présente l’avantage d’être visible, ce qui permet une détection précoce si l’on est vigilant. Il peut apparaître n’importe où sur le corps, y compris dans les zones peu exposées au soleil. Les signes d’alerte incluent une modification d’un grain de beauté existant ou l’apparition d’un nouveau grain de beauté aux caractéristiques atypiques (changement de couleur, de taille, de forme, saignement). Les dermatologues utilisent le dermatoscope, un outil d’observation spécialisé, pour affiner le diagnostic du cancer.

Le mélanome peut se manifester initialement comme une tache de plus de 6 mm, présentant une ou plusieurs couleurs (noir, brun foncé, brun clair, rouge pâle, bleu), avec des bords irréguliers pouvant parfois saigner spontanément. Cette description correspond à un mélanome avancé, mais l’objectif est de le diagnostiquer le plus tôt possible, avant qu’il ne présente des caractéristiques aussi évidentes à l’œil nu.

Il est important de noter que certains mélanomes sont « amélanotiques« , c’est-à-dire dépourvus de pigment brun ou noir. Leur couleur rouge ou rose peut les faire passer inaperçus et retarder le diagnostic.

L’apparition de nouveaux grains de beauté est fréquente jusqu’à 40 ans. Ils sont généralement petits (moins de 5 mm), bruns, bien définis, avec des bords réguliers et une surface lisse. L’apparition de nouveaux grains de beauté après cet âge doit être surveillée attentivement, car elle peut être un signe de mélanome.

Le diagnostic de suspicion repose sur l’examen clinique et dermoscopique, mais il doit être confirmé par une biopsie de la lésion. L’analyse de la biopsie permet non seulement de confirmer le diagnostic, mais aussi d’évaluer des facteurs pronostiques essentiels pour déterminer le traitement approprié.

dermoscopique

Quel est le traitement du mélanome ?

Le traitement principal du mélanome est l’excision chirurgicale, avec une marge de sécurité adaptée à la taille et aux caractéristiques de la tumeur (TNM).

En général, la première étape du traitement chirurgical consiste à retirer complètement la lésion sans marge de sécurité. Une fois les caractéristiques microscopiques du mélanome analysées, une seconde intervention chirurgicale peut être réalisée pour élargir les marges d’excision.

En outre, il peut être envisagé de réaliser une biopsie du ganglion sentinelle, qui consiste à retirer préventivement le premier ganglion lymphatique drainant la tumeur. La lymphadénectomie, c’est-à-dire l’ablation de tous les ganglions lymphatiques de la zone de drainage, est réservée aux cas où l’atteinte ganglionnaire est confirmée, soit par palpation, soit par imagerie médicale (échographie).

Ces dernières années, le traitement du mélanome avancé (métastatique) a connu une véritable révolution grâce à l’immunothérapie et aux thérapies ciblées. L’immunothérapie est également utilisée en traitement adjuvant chez les patients à haut risque de récidive après chirurgie, même en l’absence de maladie détectable.

La prévention du mélanome

La protection solaire est essentielle pour réduire le risque de mélanome. Éviter les coups de soleil, surtout pendant l’enfance, et adopter une exposition solaire progressive sont des mesures clés. L’utilisation d’écran solaire et de vêtements protecteurs, ainsi que l’évitement des cabines de bronzage, sont également recommandés. Un suivi régulier chez le dermatologue et l’auto-examen de la peau sont cruciaux pour un diagnostic précoce.

L’auto-examen régulier de la peau est essentiel pour détecter précocement un éventuel mélanome. Deux méthodes peuvent vous aider à identifier les lésions suspectes et à consulter un dermatologue si nécessaire.

La règle ABCDE

Cette règle permet d’évaluer les grains de beauté en se basant sur cinq critères :

  • Asymétrie : la lésion est-elle symétrique ou présente-t-elle des moitiés différentes ?
mélanome règle A
  • Bords irréguliers : les bords sont-ils nets et réguliers ou plutôt flous, dentelés ou indistincts ?
mélanome règle B
  • Couleur : la lésion présente-t-elle plusieurs couleurs (noir, brun, rouge, bleu, blanc) ou des variations de teintes ?
mélanome règle C
  • Diamètre : la taille de la lésion dépasse-t-elle 6 mm (la taille d’une gomme de crayon) ?
mélanome règle D
  • Évolution : la lésion a-t-elle changé de taille, de forme, de couleur ou d’épaisseur ? Est-elle devenue douloureuse, qui démange ou qui saigne ?
mélanome règle E

Le signe du vilain petit canard

Ce signe fait référence à une lésion qui se démarque des autres grains de beauté par son aspect différent (forme, taille, couleur). Si vous remarquez un grain de beauté qui ne ressemble pas aux autres, consultez un dermatologue.

Ces deux méthodes sont des outils précieux pour repérer les lésions suspectes et prendre rapidement rendez-vous avec un spécialiste. N’oubliez pas, un diagnostic précoce du mélanome améliore considérablement les chances de guérison.

signe du vilain petit canard

Dermatologue spécialisée en dermato-oncologie à l'Hôpital Universitaire de Vall d'Hebron. Enseignante universitaire et postuniversitaire, ainsi que chercheuse.

Partager

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez également être intéressé...

cancer du colon
Prevention

Cancer du côlon : Un Guide Complet pour Comprendre la Maladie

Le côlon et le rectum, bien que faisant partie du même organe (le gros intestin), sont touchés par des cancers …

recidive
Surveillance et après-cancerTraitement

Récidive du cancer : que se passe-t-il lorsque le cancer réapparaît ?

Une récidive est définie comme la réapparition d’un cancer après une période où il était indétectable, généralement à la suite …

Chimiotherapie
Traitement

Qu’est-ce que la chimiothérapie ?

La chimiothérapie est un type de traitement du cancer qui consiste à utiliser des médicaments appelés antinéoplasiques ou chimiothérapeutiques, pour …

comment traiter le cancer
Traitement

Comment traite-t-on le cancer ?

Lorsque la maladie est diagnostiquée, le choix du traitement du cancer dépend de différents facteurs tels que le type de …

Accédez a dès traitements innovants grâce à notre moteur de recherche d’essais cliniques