Qu’est-ce que l’Oncotype?

Qu’est-ce que l’Oncotype?

Oncotype est un outil prédictif et pronostique pour les patients atteints de certains types de cancer du sein (hormono-dépendant, sans propagation aux ganglions axillaires et HER-2 négatif).

Cet outil quantifie l’expression de 21 gènes dans le tissu tumoral des patientes pour fournir :

Prédiction: fournit un indice de probabilité du bénéfice ou non de la chimiothérapie

Pronostic: fournit un score appelé « Recurrence Score » qui indique le risque de rechute du cancer.

 

Comment ça marche?

Ces tests moléculaires sont généralement réalisés sur du tissu mammaire, plus précisément sur des cellules tumorales obtenues après une chirurgie ou une biopsie.

Pour réaliser l’Oncotype, il faut déjà avoir été diagnostiquée d’un cancer du sein, le carcinome canalaire invasif de stade précoce, avec récepteurs hormonaux positifs et HER2 négatif. Cela signifie que la tumeur exprime de nombreux récepteurs hormonaux et de faibles niveaux de la protéine HER2, les deux molécules impliquées dans la croissance tumorale.

Après avoir identifié la tumeur (sein, canal infiltrant, stade précoce, stade précoce RH+, HER2, etc.), l’Oncotype sera utilisé pour prédire le bénéfice de la chimiothérapie.

Pour cela, il procède à une analyse de l’expression des gènes du chromosome 21 sur l’échantillon de la tumeur, lesquels ont été sélectionnés en raison de leur association scientifique avec le développement du cancer et le traitement par chimiothérapie.

Un score allant de 0 à 100 est également attribué (recurrence score). Le score reflète le risque de réapparition du cancer du sein (récidive) dans les dix prochaines années et la probabilité d’une amélioration par la chimiothérapie après la chirurgie.

 

À quoi servent les résultats ?

Plus le score final est élevé, plus le bénéfice de la chimiothérapie est important. Ainsi, il y a une probabilité qu’il soit efficace et qu’il réduise le risque de progression ou de récidive de la maladie.

  • Un score faible (0-25) signifie un faible risque de récidive. La plupart des femmes ayant un score faible ne bénéficient pas de la chimiothérapie et ont de bons résultats lorsqu’elles sont traitées par hormonothérapie.
  • Un score élevé (26-100) signifie un risque plus élevé de récidive. Les femmes dont le score de récidive est élevé sont plus susceptibles de bénéficier du recours à la chimiothérapie en plus de l’hormonothérapie pour réduire le risque de récidive du cancer.

 

L’utilisation d’outils moléculaires pour adapter les interventions médicales aux besoins uniques de chaque individu et de chaque maladie est connue sous le nom de « médecine de précision ». En Espagne, l’IMOMA est l’un des centres pionniers en matière d’application de cette médecine dans le traitement du cancer.

 

« Il existe également d’autres tests moléculaires que l’Oncotype pour le cancer du sein, comme la plateforme MammaPrint + BluePrint. Cette plateforme peut être utilisée chez les patients présentant une atteinte des ganglions lymphatiques (N1) et fournit des informations pronostiques indépendamment du statut hormonal ou de l’expression de HER2. » Rubén Cabanillas, Chef du département de médecine de précision de l’IMOMA – Institut de médecine moléculaire en cancérologie des Asturies.

Dans ce cas précis, 70 gènes sont analysés (MammaPrint) afin d’identifier les patientes qui bénéficieront d’une chimiothérapie complémentaire. Parallèlement, un profil d’expression génétique (BluePrint) est réalisé pour identifier le sous-type moléculaire (luminal, basal et HER2), ce qui permet d’établir le traitement et le suivi les plus appropriés (chaque sous-type a un pronostic différent et tend à mieux répondre à certaines stratégies thérapeutiques).

 

Les résultats de tous ces tests permettent aux médecins et aux patients de se concentrer sur la recherche de solutions de traitement alternatives et/ou d’essais cliniques en cours, tels que ceux présents dans l’application MatchTrial, qui se concentrent sur les médicaments pour les tumeurs présentant une mutation (les « cibles ») comme celle du patient, qui aura déjà été obtenue lors du premier test de diagnostic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez accéder aux essais cliniques sur le cancer?

Téléchargez l’application disponible sur iOS et Android