La mucite buccale chez les patients atteints de cancer

La mucite buccale chez les patients atteints de cancer

La mucite, mucosite ou stomatite est une inflammation de la muqueuse qui tapisse l’intérieur du tube digestif. Les zones les plus fréquemment touchées sont la gorge et l’œsophage.

 

Cette toxicité survient chez 30 à 50 % des patients atteints de cancer traités par chimiothérapie et chez 90 à 100 % de ceux qui reçoivent une radiothérapie, en particulier si les tumeurs situées à proximité de la cavité buccale sont irradiées.

 

Les manifestations cliniques de la mucite peuvent aller d’une légère rougeur à des ulcères graves. Les symptômes peuvent également aller de l’inconfort, de la sécheresse de la bouche, d’une sensation de brûlure, de picotements des lèvres, d’une modification du goût à l’apparition de douleurs et d’une incapacité à avaler des aliments ou des liquides.

 

L’échelle la plus utilisée pour mesurer le degré de mucite est celle définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui prend en compte les aspects anatomiques, fonctionnels et symptomatiques. Cette échelle est classée en grades 0, I, II, III, IV ; 0 étant l’absence de lésions et IV l’impossibilité pour le patient de s’alimenter par voie orale, nécessitant un soutien nutritionnel entéral ou parentéral.

 

 

Il existe un certain nombre de soins généraux pour éviter cette complication :

 

  • Les patients atteints de cancer doivent maintenir une bonne hygiène de la bouche, qui passe par un brossage quotidien des dents, de la langue et des gencives après chaque repas et au coucher. Il est recommandé d’utiliser un dentifrice non irritant et une brosse à dents souple.

 

  • Les bains de bouche sont également importants car ils éliminent les particules alimentaires qui peuvent s’accumuler et provoquer une prolifération bactérienne.

 

  • Après l’hygiène bucco-dentaire, il faut se rincer la bouche avec une infusion de thym ou de camomille, ou avec de l’eau à laquelle on ajoute une petite cuillerée de bicarbonate de soude.

 

  • Les lèvres doivent être bien hydratées à l’aide d’un baume à lèvres à base de cacao, de crème hydratante ou d’huile d’olive. Évitez d’utiliser de la vaseline ou de la glycérine en raison de leurs effets déshydratants sur le tissu des lèvres.

 

 

 

 

En plus de ces conseils, il existe des recommandations spécifiques pour aider le patient souffrant de mucite confirmée :

 

  • Augmenter la fréquence des rinçages buccaux avec du bicarbonate et/ou une solution saline toutes les 2 à 4 heures
  • Ne pas utiliser de bains de bouche contenant de l’alcool ou des dentifrices abrasifs
  • Éviter les aliments qui entraînent des douleurs, comme les plats acides, épicés et chauds
  • Suivre un régime fade
  • Augmenter la consommation de liquides : s’ils sont froids, c’est encore mieux.
  • Renoncer aux substances irritantes comme l’alcool et le tabac

 

Afin de favoriser une amélioration de la qualité de vie du patient au niveau de la pharmacothérapie, de multiples associations de principes actifs sont utilisées pour le traitement topique de la mucosite. Les plus couramment utilisés sont les anesthésiques locaux (lidocaïne), les antiseptiques oraux (chlorhexidine, benzydamine), les antifongiques (nystatine) et les protecteurs des muqueuses (sucralfate).

 

 

Avec l’association de ces principes actifs, les services pharmaceutiques sont amenés à préparer toutes sortes de formulations spécifiques. Il s’agit par exemple des solutions orales de salive artificielle, de la solution orale de lidocaïne visqueuse, de la solution orale contre la mucosité et de la décoction de plantain. La plupart de ces préparations sont administrées sous forme de bain de bouche, bien qu’elles puissent être avalées, si cela s’avère nécessaire, car l’affection dépasse la sphère oropharyngée.

Sources consultées :
1.Mercedes Jacobo1, Kattia Ochoa-Vigo, Influence of an educational intervention to prevent oral mucositis in patients receiving chemotherapy. Rev Med Hered. 2013; 24:281-286.
2.Alonso Castell P, et al. Prévention et traitement des mucites chez les patients atteints de cancer hématologique Pharmacie hospitalière Vol. 25. N. ° 3, pp. 139-149, 2001.
3.Brochure d’information du groupe de travail GEDEFO. Société espagnole de pharmacie hospitalière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous souhaitez accéder aux essais cliniques sur le cancer?

Téléchargez l’application disponible sur iOS et Android